ART

Plongée dans l’univers onirique de Marie Claire d’Armagnac

Au premier regard, on pourrait penser à une œuvre d’un préraphaélite. Mais le travail de cette artiste atypique nous entraîne dans un monde n’appartenant qu’à elle mais qui évoque les souvenirs de tous.
Par Christian Charreyre

Dans ses toiles aux couleurs fondues les unes dans les autres – grâce à une maîtrise des glacis qu’elle peaufine depuis des années – cette artiste gersoise suggère plus qu’elle ne décrit. Ses personnages, le plus souvent féminins, nous ouvrent les portes d’un monde où l’inconscient – le sien, le nôtre – nous regarde et nous renvoie une image qui ne laisse pas intact. Quand la technique se marie à l’émotion, l’art est présent.

Quel a été votre parcours artistique ?

J’ai toujours peint, je ne pourrais pas dire quand j’ai commencé. Petite, j’habitais à Antibes et j’aimais m’inventer des mondes merveilleux où les enfants étaient rois. Pour moi, c’était important, peut-être pour fuir le quotidien, la réalité qui n’étaient pas tels que je le souhaitais. J’aimais aussi beaucoup les mots et j’ai été journaliste pendant dix-huit ans. J’ai commencé à exposer et lorsque j’ai constaté que je pouvais vivre de ma peinture, dans les années 1990, j’ai démissionné. Depuis, je suis artiste professionnelle.

>> Lire la suite